Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Cinéma / Série / Youtube / Podcast par

[Critique] “Sound of Metal” / I’m deaf, not dead

mardi 12 janvier 2021 - Commentaire : 0

Accueil » [Critique] “Sound of Metal” / I’m deaf, not dead

Le batteur d’un groupe de métal devient sourd. Cette première fiction d’un documentariste gagne en authenticité ce qu’elle perd en lyrisme.

Les premières images laissaient présager un film coup de poing : il n’en est rien. Sound of Metal n’est pas un nouveau Whiplash. Il a le goût amer des défaites du quotidien, la résilience des gens de bien. C’est un hommage à ceux qui vous accompagnent et vous aident à tourner la page, aussi belle ou raturée soit-elle.

Pour son premier “premier rôle” sur grand écran, l’acteur britannique Riz Ahmed (The Night Of, The OA) est de tous les plans, impressionnant de justesse et de retenue. Sa copine Louise est interprétée par Olivia Cooke (Ready Player One) et leur relation sur scène comme à la ville résonne d’une admirable authenticité.

C’est le maître mot de ce film : l’authenticité des sentiments et des situations. On est ému aux larmes par le personnage de Joe, le mentor d’une communauté de mal-entendants qui accueille notre héros. Il veut lui inculquer la sérénité, lui montrer que nos handicaps sont aussi notre identité. Né entendant de parents sourds, l’acteur Paul Raci est lui-même un ambassadeur de l’ASL (American Sign Language). Il faut voir sa reprise de Metallica.

Mais il est finalement assez peu question de musique dans Sound of Metal et c’est dommage. Le soundscape immersif nous entraîne brillamment dans la tête du héros mais, par excès de pudeur peut-être, on garde toujours une certaine distance qui empêche d’être véritablement saisi. Le film aurait pu gagner en intensité sans se renier. En l’état il fonctionne doucement, dans la lignée d’autres productions US indé récentes telles que States of Grace et ses ados en difficulté, ou The Place Beyond The Pines et ses familles déchirées (Darius Marder, le réal & scénariste de Sound of Metal, y était déjà crédité au scénario).

“Sound of Metal” est dédié à la mémoire de Dorothy Marder, la grand-mère du réalisateur : photographe et activiste lesbienne, elle perdit l’audition après avoir pris des antibiotiques qui lui ont malgré tout sauvé la vie.

Enfin, on saluera le beau travail de la société de distribution Tandem Films qui a su assurer une sortie en salles en France. Le film est sorti directement aux États-Unis sur Amazon Prime.

“Sound of Metal” sort au cinéma le 20 janvier.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.