6LACK se déchaîne enfin dans son premier opus : FREE 6LACK

Déchaîné, c’est un bien grand mot, ami lecteur, 6LACK, aka Ricardo Valentine, est plutôt le genre low life, discret, calme, la force tranquille. Emprisonné par son label pendant 5 ans, devenu quasi SDF, le rappeur chanteur producteur, 6LACK se libère donc enfin dans son 1er album : FREE6LACK.


Un album où l’ambiance est intime, down tempo, douce. Où le flow passe du chant au spoken word. On retrouve des ambiances en clair obscur. Des atmosphères sombres où la lumière apparaît et irradie intensément, de temps en temps.


Bien sûr, tu me diras que l’on connaît ça depuis un certain temps avec Majid Jordan ou The Weeknd. Oui, mais le son n’est pas forcément aussi éthéré et fantasmatique que dans le Toronto Style. Il est beaucoup plus grave et dark, plus électronique (808 Forever…), plus désespéré et plus stone.

Star underground de la Trap music, 6LACK délivre un album bourré de peines de cœurs, de remises en question émotionnelles et d’esprit de libération sous influences narcotiques diverses et inspirations de grands noms du Dirty South comme T.I., Ludacriss… Mais aussi Sade, selon Valentine. Un son dark, mais sensuel, que je compare (par facilité peut-être) pour ma part, à celui de FUTURE.

C’est donc, l’album de tes moments de chill, de réflexion ou de polissonneries, avec des superbes sons hypnotisants et de jolis rythmes lancinants.


Mes titres préférés sont PRBLMS et MTFU, où il parle clairement de ses problèmes amoureux, FREE et ALONE, où il témoigne du besoin de liberté de création d’un artiste.

Le mieux, c’est que tu te fasses une idée par toi-même :

Et regarde aussi ce joli clip du titre PRBLMS :

Bisous, les bukowskiens!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.