C’est là…

Il est des ombres qu’on croise même en pleine nuit… Des ombres, comme des fantômes au coin d’une rue, qu’on croise au hasard d’un bout de trottoir…
Combien de souvenirs s’écrivent là sur l’asphalte, sur le zinc d’un comptoir, sur le matelas miteux d’une chambre d’hôtel. Qu’importe la ville, le bar, le lit… les passagers de la vie finissent toujours par se ressembler une fois que le temps a fait son oeuvre… Bien sûr on oublie pas tout, des souvenirs restent, flous parfois, déformés souvent, il y a encore des rires en échos qui ricochent sur les murs de certains bars, des conversations interminables devant des portes cochères, des murmures au creux de draps froissés, que les lieux vont abriter secrètement… « Tu te souviens, c’est là qu’on s’est rencontré… et là qu’on s’est embrassé pour la première fois… » « Oui, je m’en souviens… »

Et je m’en souviendrai encore quand le hasard me conduira ici et que toi tu ne seras plus là… Oui, c’est là au coin de cette rue qu’on s’est embrassé… c’est dans ce café qu’on s’est rencontré, oui c’est là… Les murs garderont en mémoire les instants gais, les moments tristes, les traits de certains visages, ils seront toujours là pour me rappeler que… sur un quai de métro j’ai serré ta main dans la mienne, sur cette banquette j’ai goûté tes lèvres, sur ce parking je t’ai dit adieu, oui c’était là…

Cette nuit sur un bout d’ trottoir, j’ai croisé ton souvenir…

 

3 commentaires

  • Gatrasz
    Gatrasz

    Moi, c’est toute cette ville qui me rappelle toi. Je ne sais plus quoi faire de tous ces souvenirs, j’ai envie qu’ils déménagent mais je doute que tu me fasses encore ce plaisir, hein…

    Répondre
  • nATh
    nATh

    ???
    Désolé, mais je ne crois pas qu’on se connaisse…

    Répondre
  • Gatrasz
    Gatrasz

    Mais non, c’était une façon de parler…

    Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *