J’aime les Morceaux en Crescendo

J’ai une tendresse particulière pour les morceaux qui échappent à la classique structure Couplet-Refrain-Couplet-Refrain-Pont-Couplet-Refrain. J’aime les morceaux tordus, scindés en deux, les morceaux-gigognes ou à tiroirs et les morceaux en Crescendo, ces derniers sont l’objet de cet article.

J’aime ces conclusions quasi-orgasmiques même s’il convient d’en distinguer plusieurs types.

Crescendo

Il y a les crescendos tout en accélération qui se finissent par s’emballer. Il y a ceux où l’on sent la tension ou la colère monter jusqu’à l’explosion, la furie dévastatrice ou encore ceux qui se terminent en envolée fiévreuse. Dans tous les cas cela s’apparente à un passage de la Raison à la Passion, à une sorte de perte de contrôle aux abords de la folie et c’est là probablement ce qui me ravit.

Je vous livre (dans l’ordre chronologique) mes 13 morceaux-crescendos favoris :

1968 – Lalo Shifrin compose la BO du film Bullitt dont on connaît tous la fameuse séquence de poursuite en voiture. Mais faut-il rappeler que cette séquence doit énormément à la musique. Illustration avec Shifting Gears :

Bullitt Soundtrack – Lalo Schifrin – « Shifting Gears »

1971 – Chico Buarque, un des maîtres de la musique brésilienne sort son premier album et en son sein ce chef-d’oeuvre Construçao / Deus lhe pague , comme une rivière qui enfle doucement pour devenir ce torrent puissant que la digue ne peut contenir:

Chico Buarque – Construção/Deus Lhe Pague

1973 – Les Lynyrd Skynyrd sortent Free bird, et ne vous attendez pas à un murmure d’étourneaux mais (à la mi-morceau) c’est davantage une horde de chevaux sauvages que vous voyez fondre sur vous :

On retrouve le titre plus tard dans la BO de Forrest Gump mais c’est surtout dans le film Kingsman et l’incroyable scène de (church) fight que le morceau a été parfaitement utilisé :

1982 – Si je ne devais retenir qu’un morceau-crescendo des 8O’s ce serait sans nul doute celui-ci (signé The Sound) avec sa montée lente toute de rage rentrée mais qui se stoppe avant le déchaînement nous laissant avec une frustration encore plus grande :

1992 – Rage Against The Machine sort son premier brûlot et nous envoie cette bombe. Elle s’appelle Bullet in the head, elle aurait pu tout aussi bien s’appeler Fast and furious :

1993 – On trouve cet Intermission effréné et régressif sur l’album Modern Life is Rubbish de Blur :

1996 : Nick Cave et ses mauvaises graines sortent leur recueil de chansons nous contant des histoires de meurtres, voici la plus terrifiante, Stagger Lee où la tension laisse la place à l’angoisse qui laisse elle-même la place à la terreur :

1999 – Les Belges de Deus et leur classique Instant Street. Un crescendo assez similaire dans sa construction au morceau des Lynyrd Skynyrd. Ca commence tranquilou puis la chanson se prend un shot d’adrénaline pure en plein cœur, une libération massive de protoxyde d’azote dans les cylindres pour partir à toute berzingue. Ah oui l’album s’appelle The Ideal Crash . Ok :

1999 – Death In Vegas et Dirge, un morceau en crescendo pur et dur :

2001 – Le collectif canadien Bran Van 3000 avec le chanteur indien Badar Ali Kahn délivre ce Stepchild tout foufou :

2004 – Razorlight avec In the city :

2010 – La montée de fièvre jusqu’au final effrayant de Pieces des Villagers :

2013 – On remet le couvert avec le grand Nick en live et la sublime Jubilee Street  :

BONUS : Le Boléro de Ravel parce que à ma connaissance c’est le premier morceau (1928) entièrement en crescendo. Mais j’avoue humblement ne pas être un grand connaisseur de la musique pré-XXème siècle :

A VOUS MAINTENANT ; quels sont vos titres en crescendo favoris ? Je suis preneur.

5 commentaires

  • Julien
    Julien

    Yes, belle liste !
    Je rajoute 4 classiques de chez classiques qui vont crescendo :
    1967 – Otis Redding – Try a little tenderness
    1969 – The Rolling Stones – You can’t always get what you want
    1971 – Led Zeppelin – Stairway to heaven
    1975 – Queen – Bohemian Rhapsody
    et j’ai un petit crush pour ce morceau bien flippant du Rollins Band : Liar (1994)

    Répondre
    • Rino
      Rino

      Chouette liste également. Perso je placerais davantage le Queen dans ce que j’appelle les chansons à tiroirs. Art dans lequel les Beatles excellaient ou plus tard les Boo Radleys.
      E viva la musica!

      Répondre
  • Justine
    Justine

    « Unreachable » de John Frusciante est incroyable dans le genre aussi. Le genre à écouter au casque, la nuit, pour ressentir chaque note de guitare au maximum, bien sûr.

    Répondre
  • Rino
    Rino

    Yes!

    Répondre
  • frederik hufnagel
    frederik hufnagel

    Only in dreams – Weezer
    I am the resurrection – The stone Roses

    Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.