La Route du Rock 2023 JOUR #4: Art Rock et paillettes

Comme un air de fin de vacances mais il reste quelques points de vie au festival pour parachever cette édition 2023.
On quitte quelques instants le tumulte des concerts pour le calme du théâtre Chateaubriand afin d’assister à la conférence de Christophe Brault (Ex-animateur radio et disquaire) sur les “Mods”. Mouvement crée en 58 sous l’impulsion du roman “Absolute Beginners” de Colin MacInnes.

route du rock

Deux heures d’explications et d’anecdotes données par ce personnage haut en couleur qu’est Christophe. Il vit carrément et connait son sujet. Un dynamisme rock.
Cinq styles musicaux adoptés par les “Mods” : Le “Cool Jazz” avec Miles Davis… Le “Blues Electric” de Muddy Waters, Sonny Boy, Slim Harpo… Le “Rythm’ & Blues” avec James Brown, The Showmen… Puis le “Ska” avec The Skatalites… Et enfin la “Soul music” avec Major Lance, Dobie Gray, The Miracles… On reconnait Mark Feld (Prochainement Mark Bolan des T-Rex) sur les diapos, déjà un “Mods” à l’âge de 15 ans. Un style de vie très snob, ou 3 choses sont essentielles : la musique, les fringues et le moyen de locomotion, la plupart du temps en scooter parqué par la Vespa et Lambretta. C’est aussi l’époque de “Radio Caroline”. Certains groupes aussi ont leur importance comme The Who. Excellent moment riche en histoire de la musique.

route du rock

Départ dans le bus magique pour le dernier acte. Sorry ouvre le bal avec leur rock teinté de textures étranges. Un groupe à suivre.

route du rock
Le duo Jockstrap ne me convient que peu sur la scène du fort. Taylor Skye, la moitié du duo londonien a des faux airs de Jessy Pinkman de Breaking Bad.

jockstrap

Le temps de se prendre à manger et c’est au tour de la bande à Nikki Belfiglio et Ben Hozie. L’Art Rock de Bodega passe à l’attaque. Toujours très classe sur scène (vestimentairement parlant) le quintet de New-York est en grande forme. Ils livrent une prestation dantesque. Quelques titres aux accents du Velvet, d’autres du dernier album en date “Broken Equipment”, l’affiliation avec Talkin Heads est indéniable. Je suis happé par le public sur “How did this happen?”, porté en clameur vétéran jusqu’a mi-fosse. Ils quittent la scène au crépuscule. La Grosse Pomme a encore frappée.

route du rock

Chapeaux et colliers de hippie, Anton Newcombe, leader du Brian Jonestown Massacre arrive détente sur scène. Les vétérans de la soirée jouent un set psyché d’une heure et parfois marqué de trop longues pauses entre les morceaux. Mais la magie opère, c’est beau. On se sent vraiment transporté par ce son tout droit venu de San Francisco. Le live se termine sur “The mother of all fuckers” du dernier disque qu’ils prolongent de quelques minutes pour le plaisir de tout le monde.

 route du rock 2023

A l’espace presse on commence à plier boutique, ça sent la fin de soirée. Flohio termine à peine que Jamie XX (ex-membre de feu The XX) ouvre la boite de nuit sur la grande scène. Quelle claque. Jeu de lumières magnifiques et quelques peu épileptiques. Une grosse boule à facettes en arrière plan et surtout ce son. Puissant, avec des tempos variant mais toujours là pour faire bouger. Une culture de la musique toute particulière où Jamie Smith va puiser par tous les styles. Musiques africaines, house, gospel même. Lui qui n’a sorti qu’un seul disque “Colors” en 2015, enfonce le clou de l’édition 2023 largement réussie. Un certain lâcher prise pour tout le monde en cette fin de soirée. Ça s’entrelace, ça s’embrasse, on aimerait rester dans cette bulle toute la nuit et plus encore.

 route du rock 2023

Plus tard, They Hate Change se chargeront de clôturer en beauté cette merveilleuse 31ème édition de La Route du Rock. Merci pour ces moments. C’est dans ces instants qu’on se dit que tout n’est pas perdu. Des sourires et de la passion.
On reviendra, c’est promis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *