Le top 5 des films de l’année 2016

 

 

Films 2016 au cinéma : balèzes ou fadaises ?

Les années 2010 se poursuivent avec ses recettes parfois efficaces, toujours aseptisées de production blockbusterisante. Entre les préquels, spins-offs, suites ou reboots qui offrent une longévité sans pareil à des sagas mourantes, l’on peut se demander ce que valait l’année 2016 au cinéma.

 

1- Les Huit Salopards de Tarantino

Petite merveille scénaristique servie par un casting de fous dans un paysage de rêve, le huis clos façon western avait enchanté notre mois de janvier : le savoureux gâteau du King Tarantino et son glaçage rafraîchissant avait enchanté nos rétines.

2- Creed de Ryan Coogler

L’apothéose Rocky VI nous avait laissé sans attente et sans envie d’une éventuelle suite et c’est à contrecœur et (sans notre peignoir de combat) que l’on est allé voir Creed. Et pourtant ce petit jeune, fils d’Apollo, a su nous redonner les frissons , la rage au ventre et la larme à l’oeil de voir notre Stallone à nouveau dans un rôle dramatique. La mise en scène punchy, la sobriété du jeu d’acteur et la finesse du scénario nous ont convaincu de remonter sur le ring (au moins une fois, faudrait pas faire n’importe quoi pour la suite.)

3-Deadpool de Tim Miller

Et voilà encore un film de super-héros, une sempiternelle origin story avec ce qu’il faut de violence (très peu) et d’humour (une blague toutes les dix minutes) pour faire tenir le grand public derrière ses pop-corns ! Et bien non, notre ami Deadpool et son humour à couper au couteau a décidé de se moquer un peu de tout ça, de nous offrir sa petite verve politiquement incorrecte, d’être plus généreux en bastons et d’envoyer bouler les codes. C’est funky, rythmé, savoureux et fidèle au personnage de comics !

deadpool année 2016

4- Tu ne tueras point de Mel Gibson

Le magnifique et controversé Mel Gibson n’était pas revenu à la caméra depuis son génial Apocalypto, il  y a près de dix ans. Narrant le fait divers d’un objecteur de conscience qui refusa de prendre les armes pour son pays durant la Seconde Guerre Mondiale, Gibson s’attèle encore une fois après Braveheart et la Passion du Christ à l’histoire d’un homme qui fait passer ses convictions avant sa vie. Servi par une histoire vraie extraordinaire et dirigeant ses acteurs avec brio, notre Mel revient en mode bourrin et nous fait croire en une seule chose : son talent.

année 2016 tu ne tueras point

5-Rogue One de Gareth Edwards

Allez un Star Wars, encore un ! Une suite ? Non ! Un reboot? Ça va je crois qu’on y a déjà eu droit avec ce con d’épisode 7 avec son faux R2d2, son faux Dark Vador et la même étoile noire. Non Rogue One est un préquel situé entre l’épisode 3 et 4 racontant comment la Rébellion s’est emparée des plans de l’Etoile Noire ( toujours elle)… Et alors c’est comment ? Et bien c’est pas mal du tout, l’esprit Disney familial un peu neuneu laisse place à un ton plus adulte : les aventures rythmées de la team de badass et l’univers riche en décors un peu cradock nous laissent rêveurs.

Coup de cœur:

Cloverfield Lane, la suite mystérieuse, maîtrisée et décalée de l’année.

Flop du flop :

Quand 2016 rime avec année de la baise… Ghosbusters, infâme reboot à l’humour gênant… super laid et carrément inregardable… on espère qu’il devienne très vite fantomatique dans la franchise.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.