On s’écoute Hellfire, le nouvel album de Black Midi

On se met dans les oreilles le foutraque album de Black Midi, Hellfire

Le groupe Black Midi nous propose son nouveau projet qui n’est ni plus ni moins qu’un Opéra post punk sous drogue. Je vous explique. Les titres alternent (souvent dans le même son d’ailleurs), entre Tom Jones et punk hardcore, entre Jazz psychédélique et spoken word trépidant. Entre partie calme, partie dansante (avec Dean Martin), partie théatral et rock/ punk foutraque, on ne s’ennuie jamais. Mais on s’étonne souvent avec plaisir.

En fait, il n’est tout simplement pas possible de catégoriser ce feu d’artifice de genre, ce bukkake d’instruments qui viennent arroser nos oreilles. C’est très proche du dernier Black Country New Road pour les divers genres, sauf que notre Trio Anglais nous emmène en Enfer.

En effet, dans Hellfire, nous suivons au travers de la folie mélodique des personnages pas très recommandables, pervers, tricheur, meurtrier et tout un tas d’autres qualités. Je ne suis pas sur qu’il y ait une dimension biblique à cet album. Je dirais plus qu’il cherche à nous montrer une partie des noirceurs possibles de l’être humain. Pour autant, Geordie Greep, qui a écrit tout l’album le présente comme un film d’action épique tandis que le précédent Calvalcade était un drame.

En bref, la dernière livraison de Cameron Picton, Morgan Simpson, Geordie Greep et souvent Kaidi Akinnibi nous offre un disque énigmatique à savourer dans ces nuances. C’est un disque qui va vous surprendre à chaque écoute tant on en découvre des moments à chaque fois. J’ai adoré, c’est le genre de musique dont je suis totalement friand au fromage. Et ma favorite, Welcome to the hell, tout simplement.

BLack midi, hellfire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.