Thomas Mailaender, Pastis et Art Contemporain

 


Comment parler de Thomas Mailaender? Je ne sais pas très bien. le seul truc qui me vient en tête c’est que si la vie avait un sens il serait de ceux qui prendrait l’autre comme ça juste pour voir. Dans un monde où le « beurre sans gras qui reste toujours mou existe », la démarche est salutaire.

Le type est de Marseille, (comme son nom de strasbourgeois ne l’indique pas, mais je m’éloigne),  et la base de son travail est de chercher, toujours, chercher, sur tous le supports multimédia et particulièrement la grande lessiveuse que sont « Les Internet ». Il suit une méthode huilée, sélectionne des mots clés, classe, fait des catégories pour trouver sa matière: les trucs insignifiants, absurdes, grotesques, qu’il s’amuse à détourner. Il en résulte de petits moment de grâce, comme cette série de détournement de photos de gagnent de loteries nationales. Il est d’ailleurs en train de créer la pire des banques d’images du Web : http://www.thefunarchive.com

Thomas Mailaender fait des séries simples, sans circonvolutions pseudo-Hype sans addendas masturbatoires pour t’expliquer ce qu’il fallait que tu comprennent: Tu regardes et tu te démerdes.

Il prend un sujet et l’étire, jusqu’à ce que l’élastique pète (c’est l’effet que ça me fait en tous cas). Ensuite toi tu interprètes, ou pas.
le mieux c’est que tu ailles sur son site : http://www.thomasmailaender.com , et tu verras des volailles dans un appartement en placo, des tatouages au stylos billes sur le derche de ses potes, Ou des séjours de surfs sur des volcans en éruption. Bref, rien de plus normal.


1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.