Thundercat nous immerge dans Drunk, un sublime album en état d’ébriété.

Thundercat est un artiste multifacette : bassiste de formation, auteur et compositeur, beatmaker de talent pour de nombreux artistes westcoast.


Il déboule à nouveau avec un remarquable album Drunk, qui peut se targuer d’être éclairé et sombre, joyeux et triste, léger et profond.


Un disque où Thundercat, aka Stephen Bruner, nous fait vivre un joyeux maelström musical, perdus entre funk, RnB et musique électronique. Progressif et personnel, cet album passe de la luminosité à la noirceur, petit à petit.


Il traite de nombreux thèmes chers à Thundercat. Avec sa jolie voix de falsetto, il chante doucement à son chat dans « Tron Song » ou fait l’apologie de substances prohibées dans « DMT Song ».

Il aborde la difficulté de vivre alors que tout le monde meurt. Parfois comique, souvent plein de sens. Il collabore avec de nombreux artistes pointus comme Whiz Khalifa, Lendrick Lamar, Pharrell.


Les 22 titres de son album sont des scènes narratives très fluides d’un mec qui se prépare à passer une nuit de ouf, de l’espoir joyeux, à la déprime alcoolisée.

Elles sont très variées et vont de notre addiction aux réseaux sociaux à la conduite alcoolisée de véhicules (ce que je ne recommande vraiment pas). Je vous le laisse donc découvrir ici. C’est mieux qu’une grosse explication de texte (même si j’ai très envie de vous la pondre) : Thundercat Drunk
Téléchargez-le ou écoutez le donc en stream. C’est un petit bijoux créatif, qui donne envie de se replonger dans le travail passé de l’artiste.

En bonus, un petit clip que j’aime bien, provenant donc de l’album.


Bisous la fami!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.