Time after Time with Chet Baker

A une heure, je me suis réveillée sur la canapé. La télévision était allumée et projetait sur les murs des couleurs d’aquarium. J’ai regardé le plafond bleu et j’y ai vu une girafe rattraper un lion. J’y ai vu un vol d’hirondelles qui pondaient en battant des ailes, des caméras miniatures. Une caméra est tombée sur le canapé. Je l’ai prise dans mes mains roses. Je l’ai porté à mes yeux et j’ai regardé les couleurs aquariums à travers la lentille, en balayant les meubles du salon. Dans cette boîte à images, un homme était assis sur la chaise de la table en bois. Il me regardait et prononçait des mots que je n’entendais pas. J’ai collé mon œil plus fort contre la caméra, presque à la sentir pénétrer ma paupière. En y regardant mieux j’ai entendu sa voix. Une sorte de prière sourde. Il me disait d’éteindre la télé et d’écouter Chet Baker. J’ai pris d’une main la télécommande, sans lâcher la caméra, sans la désincruster de ma cerne violacée. Je me suis levée et à tâtons, dans la grande caisse de bois remplie de vinyle, j’ai trouvé Chet Baker. Je savais que c’était celui là car le haut de la pochette est gondolé (une pluie de mai dernier s’était invitée trop près de la fenêtre). J’ai mis le disque, entendu le crépitement. La musique a commencé, j’ai vu l’homme sourire et disparaître. J’ai tournoyait pour le retrouver, j’ai scruté les moindres recoins de l’appartement à travers la caméra, mais je ne l’ai pas trouvé. J’ai posé la caméra sur la cheminée. J’ai senti l’homme derrière moi. Il a prit la caméra au poing et ma regardé à travers elle. Je ne sais pas ce qu’il y a vu. Mais mon appartement baignait à présent dans un soupir orangé. Il était déjà 3h16. J’ai sauté sur son dos. Il s’est débattu, désemparé de ne pouvoir me voir à travers la caméra. Je lui ai murmuré doucement de marcher jusqu’au miroir. Nous nous sommes alors vu comme nous étions. Il était cinq heure. Il a laissé choir la caméra, après quatre heures. La musique n’avait pas cessé. Je n’avais pas compris que j’écoutais les échos d’une trompette déjà silencieuse.

@yelling_

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.