(Interview) Cinéma & Politique : Vous ne devinerez jamais de quoi ça parle !

Dans cette volonté de suivre plus de vidéaste youtube femme (parce que fuck le patriarcat), je continue sur ma lancée avec la trop injustement méconnue chaine Cinéma & Politique. Et c’est du lourd ! Dans un format soigné, Clémentine (c’est son petit nom), recontextualise les films dans leur époque et surtout les préoccupations politiques qui les entourent. C’est passionnant, toujours instructif et Dirty Harry c’est un vieux facho ! Vue que quelqu’un qui déteste l’extrême droite est forcément une bonne personne qui fait du contenu à haute valeur qualitative (c’est mon opinion), vous devez absolument regarder ça. Et elle a un chat aussi (ça compte ça, non ?).

Et maintenant, c’est à Clémentine de faire tout le blabla, parce qu’elle a eu la gentillesse et la patience de répondre à mes questions.

AOW : Quel est votre parcours, le cheminement qui vous a amené à parler politique et cinéma sur youtube ?

J’ai commencé à m’intéresser au cinéma très jeune et j’ai voulu en faire mon métier. J’ai donc fait des études de cinéma et d’audiovisuel, notamment un BTS métiers de l’audiovisuel option montage. Un peu plus tard, à l’université, j’ai commencé à me politiser par le biais de la critique des médias et d’un professeur de sociologie dont j’aimais beaucoup les cours.

Peu après, j’ai travaillé au journal Fakir en tant que vidéaste et après m’être retrouvée au chômage, j’ai créé une chaîne YouTube intitulée Le Labo de la légiste. Je ne connaissais pas du tout l’univers YouTube et je l’ai créée sans trop réfléchir à la ligne éditoriale. Tout ce que je savais, c’est que je voulais parler de politique. J’ai donc fait pêle-mêle des vidéos sur le féminisme, l’extrême-droite, sur des livres de sciences humaines et sociales, etc. Beaucoup ne sont plus disponibles car je les ai mises en privée en raison du harcèlement.

En 2019, j’ai lu un livre passionnant sur le western spaghetti (Radical Frontiers in the Spaghetti Western : Politics, Violence and Popular in Italian Cinema d’Austin Fisher) et j’en ai tiré une vidéo qui a plutôt bien marché par rapport au nombre d’abonnés que j’avais. J’ai décidé à partir de ce moment de repartir de zéro et de créer une nouvelle chaîne pour parler des deux passions qui m’animent : le cinéma et la politique, d’où le nom de ma chaîne : Cinéma et politique (oui, je me suis pas trop foulée).

AOW : Qu’est ce qui est le point de départ d’une idée de vidéo ? Un film ? Un sujet politique ? Ou les deux en même temps (soyons fous) ?

 Concernant le choix des sujets de mes vidéos, c’est très variable. Je choisis un sujet en fonction de plusieurs critères : si celui-ci résonne plus ou moins avec l’actualité, s’il me semble « nécessaire » d’en parler, si le sujet m’intéresse, s’il est potentiellement attractif pour le public, si des articles de recherche ont été écrits dessus pour que je puisse avoir une base de travail, etc. Chaque vidéo a un peu « sa petite histoire ». 

Par exemple, si j’ai choisi de faire une vidéo sur Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, c’est d’une part, parce qu’étant passionnée de cinéma, j’ai toujours à cœur d’en parler, mais d’autre part, parce que le film et son contexte de production trouvent quelques résonances avec notre contexte à nous (violences policières, impunité de la police, terrorisme d’extrême-droite). 

Ou si j’ai fait une vidéo sur Le Chagrin et la Pitié, c’est parce que quelqu’un en commentaire m’a soufflé l’idée et car cela faisait un moment que je voulais explorer les films de Marcel Ophuls. Puis bon, là encore, parler de mémoire de la collaboration est encore tout à fait en lien avec l’actualité puisque des personnes comme Éric Zemmour (et d’autres) tentent encore et toujours de réécrire l’histoire pour servir leur agenda politique. La vidéo sur Le Chagrin et la Pitié a d’ailleurs été uploadée sur YouTube, par hasard, après une énième sortie révisionniste de Zemmour. Quelque part, c’est bien tombé…

AOW : Vous ne vous êtes peut-être pas trop foulée pour le nom mais le soin apporté à la charte graphique de votre chaîne est impressionnant (on dirait du arte), faites-vous tout toute seule ?

Merci beaucoup !

Oui, je fais tout toute seule et c’est pour cette raison que je ne sors pas 1 vidéo par semaine, ni même par mois. Je m’occupe d’abord des recherches qui me prennent environ 1 mois, puis de l’écriture (environ 2 à 3 semaines) et enfin de toute la partie technique : le tournage (1 à 2 jours), le montage et la post-production (environ 3-4 semaines). Je mets environ 2 mois et demi à temps plein pour réaliser une vidéo.  Une fois la vidéo finie, je m’occupe aussi de la partie « communication » : je fabrique la vignette, fais un trailer sous-titré et prépare à l’avance les textes pour la description de la vidéo sur YouTube, le tweet de sortie, le post Facebook, etc. (cette partie-là me prend environ 1 jour et demi).

La seule chose dont je ne m’occupe pas, c’est le mixage son qui est assuré par Thomas Cappeau. Je suis bien contente qu’il soit là car le mixage son est quelque chose de très technique et je suis une quille en son (et en plus, je suis malentendante alors ça n’aide pas des masses !)  Mon copain m’apporte aussi de l’aide ponctuellement. Il fait de la relecture, me conseille et fait du soutien moral. Pour la vidéo sur La Passion du Christ, il a aussi composé quelques musiques d’illustration. Enfin, je fais appel au Dr Pierre pour faire la voix-off additionnelle (lecture de citations, extraits d’articles et de livres). Archibald et Elias se sont proposés de sous-titrer, quand ils en ont l’envie, les vidéos en anglais et je les en remercie fortement !

AOW : On remarque très vite au fur et à mesure de vos vidéos, un « petit » penchant pour le cinéma italien (c’est vraiment subtile), quels sont les films que vous auriez envie de recommander ?

C’est difficile pour moi de recommander des films italiens, parce que c’est un peu comme si on me posait la question « quels films étasuniens recommanderiez-vous ? ». Je suis vraiment incapable de dresser une telle liste (pourtant, j’ai tenté plusieurs trucs en voulant répondre à ce mail, mais c’est trop frustrant à chaque fois). Je ne sais pas, je vais me contenter donc de recommander un film seulement : l’année dernière pour faire ma vidéo sur Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (que je recommande aussi évidemment), j’ai revu Main basse sur la ville de Francesco Rosi, et c’est vraiment un film exceptionnel sur la spéculation immobilière. Depuis que je l’ai revu, j’y repense beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.