Les pépites de Cannes #3

Cannes, fin de première semaine.

Le week-end est là mais on reste concentré pour ne rien louper de l’actualité du plus grand festival de ciné au monde. Voici les 5 nouvelles pépites du moment :

cannes 2022

Rodéo (Lola Quivoron, Un Certain Regard)

Accrochez-vous : avec son œil de photographe punk, la réalisatrice nous embarque dans un gang de motards. C’est du cross bitume et roues levées plein gaz, avec une héroïne qui n’est pas là pour trier les lentilles. Lola Quivoron a écrit Rodéo avec sa petite amie et partenaire de travail Antonia Buresi. Les machines, la féminité … Son film a comme un goût de Titane et on lui souhaite le même succès que celui de Julia Ducournau, sa collègue de la FEMIS.


How to Save a Dead Friend (Marusya Syroechkovskaya, ACID)

C’est clairement le titre de la semaine et sûrement l’un des documentaires les plus bouleversants. L’histoire commence par la fin : un cimetière, quelques rares visages, une jeune femme, un cercueil. Elle dit adieu au compagnon de sa vie : son copain, son mari, son ex, son complice. Pas de twist donc, ni de happy end à espérer. No future dans la Russie de Poutine, aka la « Fédération de la Dépression », comme la réalisatrice surnomme son pays. Mais voilà qu’au sortir du cimetière, la mort est percutée par un flash-back anarchique : dix ans d’images intimes, folles, désespérées, où chaque jour menace d’être le dernier.


3000 ans à t’attendre (George Miller, Hors Compétition)

George Miller n’est pas que le réalisateur des Mad Max et son goût pour les contes a déjà surgi un peu partout (Babe, Happy Feet, Les Sorcières d’Eastwick). Dans son nouveau film, une Britannique solitaire (Tilda Swinton) rencontre un génie (Idris Elba) qui lui propose d’exaucer trois vœux en échange de sa liberté. Mais elle est bien trop érudite pour ignorer que, dans les contes, les histoires de vœux se terminent mal. Il plaide alors sa cause en lui racontant son passé extraordinaire. Séduite par ses récits, elle finit par formuler un vœu des plus surprenants.


Fumer fait tousser (Quentin Dupieux, Hors Compétition)

Réalité et Le Daim étaient super, Au Poste ! et Mandibules un peu moins. En tout cas, on est toujours curieux de repartir en vadrouille dans le monde farfelu de Dupieux, surtout avec un pitch pareil : Après un combat acharné contre une tortue démoniaque, cinq justiciers qu’on appelle les « TABAC FORCE », reçoivent l’ordre de partir en retraite pour renforcer la cohésion de leur groupe qui est en train de se dégrader. Le séjour se déroule à merveille jusqu’à ce que Lézardin, empereur du Mal, décide d’anéantir la planète Terre…


Men (Alex Garland, Quinzaine des Réalisateurs)

Garland est passé de scénariste à cinéaste avec une facilité déconcertante, et le voici tout simplement l’un des meilleurs créateurs de SF contemporaine. Je ne saurais trop vous conseiller ses films (Ex Machina, Annihilation dispo sur Netflix) et sa série Devs, qui reposent tous entre autre sur un postulat malin et une héroïne badass. Rebelote ici avec ce détour dans le fantastique : suite à un drame personnel, une jeune femme (Jesse Buckley) se retire dans la campagne anglaise. Mais elle est bientôt pourchassée par divers individus masculins malveillants, tous interprétés par le même comédien (Rory Kinnear). On a hâte et ça sort en salle le 8 juin !

C’est tout pour aujourd’hui, à bientôt pour de nouvelles aventures ! Et passez un très beau weekend, sous le soleil ou dans une salle de ciné. Si tu veux consulter les autres pépites du festival 2022, c’est par ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.