Je suis allée à un défilé de mode et c’était du Puma.

Je suis allée voir un défilé de mode, c’était mon tout premier, et j’avoue que je ne pensais pas vivre ça un jour. Et pour cause, la mode ne m’intéresse vraiment pas.

Pourquoi cette idée saugrenue m’est-elle venue alors ? Est-ce que j’ai apprécié le défilé ? Est-ce que j’ai pécho un mannequin ?

Tant de questions que vous vous posez, et auxquelles je vais répondre ici !

 Défilé Puma

En tant que blogueuse, il m’arrive souvent de recevoir des invitations pour des vernissages, ou des concerts. C’est ça quand on parle d’art ou de rock. Et c’est sympa.

Mais un jour, j’ai reçu un message d’une nana, petite célébrité locale, qui me proposait de me rendre à un défilé de mode. Et pas n’importe lequel, puisque c’était du Puma.

Eh oui ! Le siège social de Puma France est en Alsace, et plus précisément à Illkirch.

Alors au début je n’ai pas répondu, je me suis dit : Encore un spam à la con.

Cependant, quand la demoiselle m’a relancé, j’ai réalisé qu’en fait non ! C’était bien une vraie invitation.

Mon premier réflexe a été de penser : Attend, moi, aller à un truc de mode, et en plus de Puma, laisse tomber, j’ferai jamais ça. Ce n’est tellement pas mon truc, je serais capable d’applaudir et de photographier les vigiles pendant que les mannequins défilent derrière moi.

Et puis finalement je me suis dit : et pourquoi pas ? Ça pourrait être bien marrant ! Allons découvrir les gens fashions, pétés de tune, et les mannequins trop maigres ! Et qu’importe si je fais tâche dans le décor, j’y vais sans me prendre la tête.

En plus tu avais le droit à des petits fours et à du champagne gratos, et ça, on et d’accord, ça ne se refuse pas !

Défilé Puma

Le grand soir venu, j’enfile une petite robe rouge, vu que le thème de la soirée était « red », et je m’y rends dans ma Porsche dernier cri …

Non, ça, c’était pour les autres invités. Perso, j’y suis allée à vélo.

Dès l’entrée, ça en jetait. De la musique super forte, plein de lumières rouges, une espèce de tunnel installé à l’entrée, … Là, tu comprends qu’ils ont quand même mis les moyens, ce n’était pas de la rigolade en fait ce défilé Puma !

Quand je suis entrée, mon premier réflexe a été de me chercher à boire. Mais je ne connaissais pas les lieux, je ne savais pas où était le bar. Dans ce cas-là, t’inquiète, il suffit de chercher la foule la plus nombreuse et la plus compacte. J’ai dû jouer des coudes et marcher sur quelques pieds pour pouvoir accéder à la fontaine de jouvence.

En plus il y avait plein de bouffe ! Des petits fours, des mauricettes farcies, des verrines, que du bonheur ! Très étonnamment, personne ne se jetait dessus. Personne, sauf moi. Je me suis même retrouvée à un moment avec trois petits fours dans les mains, un gros bout de mauricette qui sortait de la bouche, et une petite coupe coincée sous le coude. J’ai grave géré.

Donc voilà quoi, j’étais là, à me goinfrer, dans une soirée mondaine, où je ne connaissais personne, et où personne ne me paraissait intéressant, pour tout dire. Pensant que le défilé allait commencer à 20h, je me suis dit que j’allais enchaîner les verres, au calme, pendant la petite demi-heure d’attente. Passer le temps agréablement, quoi.

En fait, le défilé ne commençait pas avant 21h, et je me suis rapidement retrouvée bien pompette.

C’est à ce moment qu’une dame respectable a débarqué à mes côtés. Elle avait une robe rouge. Moi aussi. J’te rappelle que le thème de la soirée c’était « Red ». Bah on était les deux seules meufs venues en rouge quoi. Miskines. Elle a sûrement eu pitié de moi, parce qu’elle est venue me parler. Mais je lui ai répondu un truc bête, la bouche pleine, et j’ai rigolé trop fort. Elle a eu peur et elle est partie. C’est vrai que j’ai un sacré rire de merde.

Avant d’aller à nouveau remplir mon verre, je me suis dit qu’il était tout de même de mon devoir de faire un petit tour de l’endroit. Il y avait vraiment beaucoup de monde. Et plein de belles meufs, mais genre vraiment belles. Des selfies-meufs qui passaient leur temps à se prendre en photo. Et ce qui était drôle c’est qu’à chaque fois un mec venait les voir. Pas pour les draguer, non, mais pour leur demander de bien vouloir faire leur selfie devant le logo Puma. Et ouais gonzesse si t’es là c’est pour faire le buzz pour la marque.

Il y avait quelques tee-shirts d’exposés. J’ai fait semblant de m’y intéresser. J’ai aussi repéré un photographe super mignon, on s’est donné rdv après le show.

Défilé ¨Puma
Rihanna n’était pas là en fait, tu l’as compris ça.

D’ailleurs, le show, venons-en ! Un monsieur important en costard-cravate a ouvert le bal. Ça devait être un PDG ou un truc du genre. Il a commencé à faire son speech sur l’histoire de la marque et ses revenus.

Le pauvre, personne ne l’écoutait ! Les gens étaient tous en mode ballek, je continue à papoter et à faire des selfies. Il réclamait bêtement le silence, totalement perdu. Lui, dans un collège de REP, il se serait fait bouffer. J’étais sûrement l’une des seules à écouter ce qu’il disait, mais son discours extrêmement genré m’a énormément déplu. En mode les mecs sont tellement des sportifs de haut niveau, alors que les gonzesses ne font qu’un tout petit peu de fitness dans le but de garder la ligne pour plaire aux hommes …

De toute façon il en a eu vite marre alors ils ont lancé une vidéo publicitaire.

Puis, enfin, c’était le moment du défilé. Certaines fringues étaient assez cool, il y a quelques pulls qui m’ont fait de l’œil. C’était assez marrant aussi parce que les mannequins imitaient quelques gestes sportifs. Imagine le beau gosse ultime qui te lance un regard noir avant de mimer un coup de golf. Thug ! Il y avait quand même deux gars qui dansaient du hip-hop, ils assuraient. Et quand je me suis retrouvée à l’arrière de la foule à la fin, je voyais juste leurs pieds au-dessus de toutes ces têtes.

La musique était entraînante, un électro un peu sympa, et ils avaient bien misés sur les effets de lumière.

Ça n’avait rien à voir avec les défilés comme on peut en voir à la télé, tu sais, ceux des grands noms de la mode. Là, c’était des habits normaux, à porter au quotidien. Avec des mannequins qui avaient le droit de sourire (un peu). Pas de dépaysement du coup, je me suis sentie à mon aise. J’ai bien vécu l’expérience. Alors que j’aurais été tellement paumée à un défilé de haute couture.

Je ne sais plus combien de temps ça a duré, mais c’était rapide. Voilà, fin.

On est tous allé boire encore un coup. Certains avaient décidé de rejoindre un after en ville. De mon côté j’ai retrouvé le photographe et on n’a plus parlé de Puma de toute la soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.