Vente de catalogue d’artistes, le parachute doré des artistes et des ayants droit

Lundi, la warner officialisait l’achat du catalogue de David Bowie pour 250 millions de dollars. Explication et réflexion sur cette pratique

Les ayants droit de David Bowie ont donc vendu son catalogue. Quand on dit catalogue, on parle de tous les albums et de toutes les chansons. Dès lors, la Warner touchera des droits d’édition à chaque diffusion d’un titre à la radio, dans un film ou dans une pub et plus les ayants droit qui ont déja touché un gros chèque.

C’est le cas de David Bowie, mais c’est pas nouveau. On se souvient de Michael Jackson qui avait racheté les droits des Beatles (racheté par Paul mc Cartney depuis). Bob Dylan, les red hot, Neil Young, Tina Turner et bien d’autres ont mis la daronne à l’abri en vendant les droits.

catalogue

Il faut dire que c’est un business juteux. Les droits représentent une source de fond quasi inépuisable. Le monde ne se passera jamais de musique. Et qui dit business juteux, dit fond d’investissement. Ainsi, des fonds comme Hipgnosis revendique une partie de celui de Neil Young, ceux des Red Hot et 146 autres.

Alors bon, à la base, tu vas te dire, qu’est-ce que ça change pour moi ? Ce sont leurs chansons, pas la mienne, j’aurais fait pareil (surtout que la fiscalité est avantageuse dans ce sens). Et bien peut être plus que tu ne le crois. En effet, les fonds et autres entreprises qui ont acheté les droits, elles veulent rentabiliser (pour mettre la daronne à l’abri). Pour cela, elles ont intérêt à faire jouer en boucle les morceaux et à les faire utiliser un maximum. De fait, ça laissera moins de place à la création contemporaine et aux jeunes artistes. Mais ça, ce n’est que spéculation au royaume du spéculatif. Nous verrons.

catalogue
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.