Vous êtes probablement passés à côté #15 Michel Stax

Vous êtes probablement passés à côté de Michel Stax et de Maggie


Alors je vous le dis tout de suite, nous franchissons ici une frontière, celle entre le probable et ce qui ne l’est pas. Et la chronique aurait pu s’appeler « Vous êtes forcément passés à côté ! « .

Michel Stax… Oui, « Stax » comme le célèbre label de musique Soul, principal concurrent de la Motown. Étant donné que son vrai nom est Léger Michaud (Québécois de son état, le Québec), on comprend qu’il ait changé ce patronyme qui ne fait pas vraiment star du Groove et qui doit être lourd à porter…

Car c’est de cela qu’il s’agit, de Groove en mode Blaxploitation des années 70 et d’un morceau qui, si l’on fait abstraction des paroles en français, aurait pu se trouver dans la B.O. de Foxy Brown ou dans celle de Shaft, les nuits rouges de Harlem.

Michel Stax à côté de Isaac Hayes, ç’aurait eu une sacrée gueule…

Cela réunit, absolument tous les ingrédients de cette musique si caractéristique de ce type de films.

Ça commence par une grosse ligne de basse, bien grave et ultra présente. Sur celle-ci, vient se poser une guitare en mode wawa, en riff funky. Les violons sont également de passage pour nous gratifier de quelques envolées et ainsi donner, par moment, une dimension dramatico-lyrique au morceau.

Bon OK, j’exagère un peu mais vous comprendrez l’idée.

Sur tout ça vient se poser une voix puissante, rocailleuse, qui accroche et rapeuse à souhait. C’est celle de Michel qui pose des phrases courtes et qui les hurle à s’en faire péter les cordes vocales. Michel a du coffre et il veut que ça se sache.

Solo de guitare, petit break à la batterie, quelques onomatopées bien senties (Wah ! Uh ! , Mmmmmmmh.. et bien d’autres), la basse qui revient comme pour annoncer que ça va reprendre, quelques grognements et zou, c’est reparti.


Alors bien que ce soit en français, je ne comprends pas tout. Mais mon ORL m’a certifié que cela provenait bien de Mich Mich qui, au profit du style, sacrifie parfois l’articulation de certains mots.

Je trouve ce morceau aussi improbable que bon niveau groove. J’alterne entre le fait d’en sourire, notamment en écoutant les paroles (mais serait-ce mieux en anglais ?) et celui de me dire que ça envoie tout de même pas mal !

Comme souvent, rien de nouveau, mais c’est une vraie découverte, relativement invraisemblable et bien ovniesque comme on les aime sur ce site.

Si vous avez apprécié, trouvé ça sympa ou rigolo, n’allez SURTOUT PAS écouter sa reprise de September d’Earth, Wind and Fire qui est un carnage comparable à celui de la Saint Barthélémy.

Personnellement, j’ai mis 3 semaines à m’en remettre et depuis, chaque fois que débute un mois de septembre, je suis fébrile.

Foncez découvrir Michel Stax et Maggie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.