Clutch au Trianon le 13 décembre 2016

Pour son quasi rituel concert annuel parisien, Clutch jouait cette année au Trianon le 13 décembre. Nous y étions, nous vous racontons.

Créé en 1990, Clutch est un groupe de Metal alternatif, ou de Stoner, ou de Heavy Rock, ou de Southern Rock…on s’y perd un peu mais on s’en fout un peu car en 26 ans de carrière, les américains ont imposé un style qui leur est propre. Clutch est Clutch et ça, personne ne viendra le contester. Leur musique n’est certes pas inédite, c’est un quatuor de Rock à grosses burnes, mais elle est unique. A l’instar d’un Iron Maiden pour le Heavy Mélodique, d’un Immortal pour le Black ou d’un Muse pour la daube, la musique de Clutch se reconnait immédiatement, notamment par l’entremise de son frontman charismatique et barbu, Neil Fallon. Si tous leurs albums ne se valent pas, il se dégage de la discographie de Clutch une énergie et une intensité qui donne à leurs prestations live tout son sel. Si Certains détracteurs trouvent que la musique de Clutch tourne un peu en boucle, le live de Clutch au Trianon ce mardi 13 décembre 2016 aura remis les pendules à l’heure : les américains ne renient pas leur style mais chacun de leur disque y apporte une touche particulière, une tonalité variante.

Je sors pas mon appareil pendant le set mais si vous faites un effort, vous pouvez deviner le backdrop dans la brume

Une photo publiée par aowleblog (@aowleblog) le

Les ingrédients de Clutch au Trianon étaient

  • Une setlist dodue de 17 titres balayant l’intégralité des périodes du combo sans accorder une place trop importante au petit dernier Psychic Warfare, dont le spectaculaire backdrop couvrait le fonds de la scène.
  • 90 minutes de concert survolté sans aucun temps mort ni ventre mou, sans même de véritable piste calme de milieu de set, exception faite d’un très émouvant « The Regulator » qui m’a arraché une larme de félicité.
  • Un frontman totalement déchainé qui porte le set à lui seul, le trio de musicien se contentant de balancer un Rock de killer, totalement investi dans la production d’un groove de malade mental sur lequel Neil Fallon peut se défouler. Neil Fallon n’est pas du genre à ponctuer ses prestations de longs discours moralisateurs ou larmoyants, la communion avec le public passe par une gestuelle, une reconnaissance, une appréciation et, n’ayons pas peur du mot, une sorte d’osmose jouissive.
  • Un public chaud bouillant, composé pour l’essentiels de fans déchaînés et à fonds dedans.

Le concert fut mémorable malgré

  • Une partie du public du balcon qui a fait tout le set posé sur son cul (rester assis à un concert de Clutch, sérieux ?) (ce sont sans doutes les mêmes qui suivent les set du Hellfest depuis les écrans tv du bar vip!).

  • La pinte de Heineken à 7 euros
  • L’interdiction de crowd surfing sous peine d’expulsion que se sont empressés de violer une poignée de crowd surfer (entendons nous, j’ai horreur des crowd surfers, mais de là à les interdire dans un concert de ce genre, c’est un peu dur)
  • Une première partie moyennement intéressante de Valient Thor, desservie par une sonorisation très moyenne (guitare lead et chant inaudibles selon l’endroit où l’on était placé) (et pourtant j’étais à 10 mètres de la scène).
  • Mon étrange voisin qui alternait des phases de furie déjantée où il secouait ses bras en l’air comme une marionnette speedée, des phases calmes où il jouait au Sudoku sur son smartphone, des phases contemplatives où il filmait le set sur le même smartphone. Il a même réussi à fumer une vraie clope sans se faire griller par la sécurité. Respect.

Il y a quelques jours, à la machine à café, j’entendais une collègue dire qu’elle n’était plus très motivée pour payer 200 euros pour un concert et qu’elle préférait acheter le DVD et le regarder sur son home cinéma. Le concert de Clutch au Trianon coutait 26 euros et je doute qu’un dvd soit capable d’en restituer l’intensité.

clutch au trianon

2 commentaires

  • François Tarrida
    François Tarrida

    NEIL Fallon pas Mike 🙂

    Répondre
    • Hank
      Hank

      Merci François, je ne sais pas d’où sort ce Mike Fallon.

      Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.