Les Somnambules, quand l’écrivain imagine l’avenir et tape dans le 1000.

Les Somnambules est une dystopie du romancier américain Chuck Wendig, parue chez Sonatine. On pourrait résumer ce livre ainsi : Le monde est au bord du chaos à cause d’une pandémie mondiale extrêmement létale, provoquée par des chauves-souris. Un groupe de chercheurs essaie désespérément de trouver une solution pour l’enrayer tandis que certains pays, comme la Russie par exemple, profitent du merdier ambiant pour envahir leurs voisins. Sans oublier les fous de Dieu et les suprémacistes blancs qui tissent leur toile en s’appuyant sur l’enfer qu’est devenue l’humanité toute entière. Cela vous rappelle quelque chose ? L’actualité peut-être ? Oui, sauf que ce roman génial est paru en juillet 2019, soit 6 mois avant l’apparition du Covid-19 et près de 3 ans avant l’invasion de l’Ukraine. Et c’est là que ce récit prend toute sa troublante résonance…

Les Somnambules

« Vos préjugés sont vos fenêtres sur le monde. Nettoyez-les de temps en temps, ou la lumière n’entrera pas. »

Tout commence en Pennsylvanie lorsque Nessie, adolescente sans histoire, quitte le domicile familial dans un état mutique, le regard vide, et sourde aux appels de sa grande sœur Shana. Celle-ci la suit dans sa marche somnambulique et constate, sur la route, qu’elle est rapidement rejointe par de nombreux « marcheurs », dans le même état qu’elle. Cette migration pédestre va durer des heures, puis des jours et des semaines, avec un troupeau de ce qui semble être des morts-vivants de plus en plus nombreux, accompagnés de leurs familles paniquées par leur envoûtement incompréhensible. Les médias en font évidemment leurs choux gras. Les dirigeants et les opposants leur emboitent le pas, ainsi que les extrémistes en tout genre. Comment ces somnambules en sont arrivés là ? Vers quoi marchent-ils ? Quelle est cette intelligence artificielle appelée Black Swan et quel est son rôle dans tout ça ?

« On ne fait pas changer les gens d’avis en insistant lourdement – on ne fait qu’enfoncer plus profond le clou dans le mur de leur propre certitude. »

Chuck Wendig est un auteur de Science-Fiction bien connu des fans de Star Wars, pour sa trilogie intitulée Riposte, qui exploite les ponts entre Le Retour de Jedi et Le Réveil de la Force. Toutefois, on le retrouve ici dans un tout autre genre, mêlant la science, la géopolitique, le thriller et toujours la SF. On y croise le sens du récit de Stephen King, incontestablement, mais aussi la prémonition glaçante d’un George Orwell moderne. Il y a également du David Lodge et du Ian McEwan dans sa plume, avec leur faculté à nous faire rentrer dans une histoire à la fois réaliste et improbable.

« Les imbéciles ignorent la complexité. Les pragmatiques en font les frais. Certains trouvent un moyen de l’éviter. Les génies la suppriment. »

Je sais combien l’idée de se lancer dans un bouquin de 1165 pages peut être un frein pour beaucoup d’entre nous, même pour des lecteurs acharnés. Mais depuis l’entrée en matière totalement ensorcelante jusqu’à la fin déstabilisante, il y a dans ce livre une multitude de personnages attachants dont les destins a priori éloignés s’entrecroisent subtilement avec un rythme effréné, lequel vous fera tourner les pages sans vous en rendre compte. Sans oublier les nombreux passages du récit dont les parallèles avec notre sombre époque sont pour le moins hallucinants et vous feront vous arrêter un instant et clamer tout haut : « mais comment il a fait pour deviner ça putain ?!? »

« Il y a des gens qui ne sont que des déchets, alors ils rencontrent d’autres déchets et commencent à constituer une décharge. Et c’est encore plus facile avec Internet. »

Les évènements récents font que la vie est de plus en plus incertaine. On stresse, on angoisse, on a peur de l’avenir, à la fois pour nous mais aussi pour nos enfants. La littérature a, je crois, la vertu de nous faire réfléchir et parfois même, quand comme ici, l’écrivain a du talent, de nous bouleverser. Lire est une thérapie. On sort grandi d’une lecture pareille. Et même si boucler sa fin de mois est une lutte toujours plus précaire, les 25 € que m’ont coûté l’achat du livre Les Somnambules de Chuck Wendig, sont le meilleur investissement que j’ai fait ces derniers mois. Parole d’homme des cavernes !

Chuck Wendig

Toutes les citations sont tirées du livre.

Les Somnambules de Chuck Wendig est disponible aux Editions Sonatine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.